Remède à la procrastination

La Lettre circulaire

Dans un entretien que Takashi Murakami a accordé en mai dernier à The Creative Independent, l’artiste se compare à un batteur de baseball qui s’entraîne tous les jours pour être prêt durant le match à frapper la balle à la seconde où il faut la frapper. L’athlète s’exerce sans relâche à pratiquer le même geste pour quelques secondes de jeu ; Murakami se prépare chaque jour à avoir de nouvelles idées, qui ne viennent que 6 ou 7 fois par an. À ce rythme-là, mieux vaut être prêt à les recevoir.

Jean-Philippe Toussaint décrit dans L’Urgence et la Patience les deux phases de l’écriture que sont l’attente et la détente. La seconde n’est pas un divertissement, mais le déploiement soudain d’énergies accumulées durant la première phase, qui est recherche active et persévérance. Toussaint file la métaphore de la plongée sous-marine pour décrire la patience nécessaire avant d’atteindre les abysses et cet état d’urgence où tout se bouscule, où tout bascule. Sans urgence, on ne finirait jamais d’écrire. Provoquez l’urgence.

J’ai peine à l’admettre, mais je suis très humain. J’oublie parfois d’appliquer à moi-même les conseils que je donne à autrui. Chaque jour écrire, génie ou non, n’est-ce pas ? Eh bien, une précision s’impose : écrire ne suffit pas, il faut aussi se faire lire. Il vous faut un partenaire de squash pour faire rebondir vos idées, et des parties régulières pour susciter l’urgence qui lèvera les dernières hésitations. Choisissez comme moi une lectrice fidèle et pleine de tact, en qui vous avez confiance et dont vous respectez l’avis. Dès lors que l’on doit rendre des comptes à quelqu’un d’autre que soi, on finit toujours par avancer et suivre ses propres conseils.