Contreforme

Parlons du dernier Bret Easton Ellis

La Lettre circulaire · 088 ·

Je discutais ici des manquements de la critique. Ma ligne de conduite est de ne pas me plaindre d’un problème sans essayer au moins de le résoudre à mon échelle. J’inaugure donc aujourd’hui mon propre espace critique sur Contreforme, avec une lecture de circonstance, puisqu’il s’agit de White, le dernier livre de Bret Easton Ellis.

Certains mots congédient la pensée. Scandale, polémique, controverse, provocateur : en voilà autant qui n’apparaissent pas dans mon texte, car ce sont les mots faciles d’une critique facile, dont tout le monde se fait l’écho sans qu’ils disent grand-chose. La moindre des politesses envers un livre aussi stimulant est de se hisser à son niveau, ou à tout le moins d’essayer.

Je vous invite à me rejoindre en ligne le 6 juin prochain pour une digression littéraire autour du livre d’Ellis. Je reviendrai sur ma critique – j’en ferai même l’auto-critique – et en profiterai pour développer certains points. Il ne sera pas nécessaire d’avoir lu le livre pour profiter de la discussion, mais je vous encourage à consulter au moins ma critique.